De banquier à IT specialist, rencontrez Lamine, ré...
People

Emilie Andreu, Project Manager chez Fabernovel et créatrice de podcast, le tout à Shanghai !

Salut Emilie ! Je suis ravie de mettre en avant aujourd'hui une fabernovelienne de Shanghai. Est-ce que tu peux nous raconter ton parcours jusqu'ici ?

Salut Caroline, je suis ravie également. J’ai fait une école de commerce française avec un double diplôme franco chinois. Le parcours était composé de 2 ans en France et 2 ans en Chine. C’est comme cela que je m’y suis installée à Pékin où les cours étaient en chinois ce qui m’a permis de rapidement maîtriser la langue.

 

J’ai déménagé à Hong Kong puis Shanghai où j’ai rejoint Auchan Retail Chine en tant qu’assistante de direction du CEO. Il est français et venait d’arriver sur place. Il avait besoin de quelqu’un qui parlait chinois et qui connaissait aussi bien la culture chinoise que française. C’est avec lui que j’ai organisé mes premières learning expedition sur le secteur du retail. Mais au bout d’un moment, j’ai réalisé qu’ il manquait encore une corde à mon arc, le digital. 

 

J’ai rencontré Rachel Daydou, General Manager China, qui m’a fait découvrir Fabernovel. On a discuté sur Wechat (vraiment tout se fait sur Wechat ici) et on s’est même découvert des amis en commun sur Pékin. C’est un petit monde les français en Chine !

 

Début janvier 2020, je commence donc mon aventure chez Fabernovel, une semaine avant le nouvel an chinois où tout s'arrête niveau business pour profiter de cette pause en famille. Quand je suis revenue de vacances, c'était le lockdown dû à la Covid-19, alors que je n’avais travaillé que 3 jours sur place et alors que j’avais été embauchée pour faire des LX ce qui n’était plus possible d’organiser.

 

Il a fallu s’adapter, et j’ai découvert que le  groupe était très agile, ce qui m’a donné l’opportunité d’apprendre rapidement de nouvelles choses. J’ai fait de la communication pour faire connaître l’expertise de Fabernovel en Chine puis j’ai fait du business development, puis des chantiers de coordination et enfin maintenant que le business reprend ont fait des LX mais toujours en ligne.




C'est super comme parcours bravo, et est-ce que tu peux nous donner une anecdote sur les différentes façons de travailler entre la France et Shanghai ?

Je suis un peu biaisée parce que je n'ai jamais travaillé en France, j’ai enchaîné après mes études mais comme je fais le pont entre la France et la Chine et que j’ai des proches en France je vois les différences.

 

Déjà ici tout est 100% plus rapide qu’en France au niveau de la prise de décision. Pas besoin d’attendre des semaines pour avoir une réponse. Ça bouge et ça innove en permanence, dans la tech et le e-commerce par exemple : Ok y a coronavirus, ok on ne peut plus ouvrir nos boutiques physiques, pas grave on fait du live streaming ! On a eu le double eleven la et 70% des ventes se sont via ce live streaming. Ce que j’adore ici c’est que s’il y a un problème, on trouve lui trouve une solution hyper rapidement. C’est vrai qu’on a des réglementations moins strictes mais les gens sont quand même hyper innovants et n’attendent pas d’aide extérieure. Anything is possible ici, il n’y a pas de soucis, que des solutions. 




Rentrons dans le vif du sujet, ton podcast. En plus de travailler chez Fabernovel tu as monté un podcast en 2020. De quoi ça parle ?

 

Au travers de ce podcast on retrace les carrières d’expatriés francophones à Shanghai. On se base sur le partage d'expérience parce que, il existait déjà des conférences où des entrepreneurs ou des grandes entreprises partagent leurs expériences, leurs apprentissages et je trouve ça génial. Sauf que je suis très occupée et je suis rarement disponible pour y assister. Du coup j’ai voulu offrir ce type de contenu mais sous un format podcast pour l'écouter quand tu veux où tu veux !

On a des super profils très différents, des generals managers de grandes entreprises comme des entrepreneurs. C’était important pour moi d’avoir les deux points de vue parce qu’ils sont complémentaires. Tout le monde vit des difficultés, même ces gens que l’on admire pour leurs carrières et que l’on met sur un pied d’estale. On ne se rend pas toujours compte de toutes les difficultés qu’ils ont traversé pour en arriver là. C’est ce que je cherche a partager à travers ce podcast. Savoir quelles ont été ces difficultés et comment ils ont fait pour les surmonter… ou pas ! Ils ont appris de certaines erreurs mais ils n'ont pas forcément toujours trouvé des solutions, ils ont surtout appris à ne pas les reproduire.

 

Pouvoir partager ces enseignements aide énormément à s’identifier personnellement à ces personnes et professionnellement cela aide à ne pas avoir peur de mettre des choses en place à son tour.

Pour moi ce podcast c’est un peu mon premier pas entrepreneurial et le but c’est, via le partage de connaissances, de faire découvrir des profils atypiques et en plus en Chine comme tout va très vite, On a des opportunités très rapidement, c’est intense. Du coup partager ces expériences, c’est précieux et rare. Normalement quand on rencontre quelqu’un on parle du présent et rarement du passé, du chemin pour en arriver là.

 

Le podcast est un format qui a la côte depuis 2014 aux USA et qui peine à atteindre les mêmes sommets en France mais qui connaît une plus grande adoption chez nous depuis 2018. Qu'en est-il pour Shanghai ?


Pour Carnet de carrières, les gens qui écoute sont des français basés en Chine et on a aussi une autre grosse partie de notre auditoire qui est basé en France.
Et finalement, nous utilisons la Chine comme prétexte, c’est presque anecdotique parce que je suis basée en Chine en ce moment et que c’est pratique. Mais l’identité du podcast tourne autour des carrières professionnelles, c’est ça le vrai sujet. L’expatriation c’est le petit plus qui permet d’expliquer en quoi notre podcast est différent et comme il y a beaucoup de gens qui n’osent pas sauter le pas de l’expatriation, ça inspire aussi nos auditeurs en France.

 

En Chine les retour qu’on a c’est que les gens aiment beaucoup écouter notre podcast dans les transports. Il faut savoir que les temps de transport sont assez longs ici. Du coup ils aiment que le format permette de pouvoir mettre sur pause puis y revenir, très pratique dans notre vie à 100 à l’heure à Shanghai.

 

Sinon pour le marché en Chine à proprement parler on s’est penché sur le sujet avant de sortir le podcast pour sonder le marché, voir si des choses avaient déjà été faites et il y a un marché de l’audio sur des formats très courts et plutôt d’apprentissage. Et d’ailleurs par la suite on a pour but de lancer notre podcast sur Ximalaya qui est dédiée à ça (NDLR : une plateforme leader en Chine dédiée au marché de l’audio non musical).

 

C’est vraiment dédié aux chinois mais sachant que beaucoup sont francophones - et parlent vraiment bien français - on pourra agrandir notre communauté par ce biais.

 

Et comment t'es venu l'idée de créer ce format, tu dis souvent nous, vous êtes donc deux ?

Oui c’est exact on a monté ce projet à deux.
Un jour j’étais avec cette amie qui travaille à la CCI (chambre de commerce et d’industrie) de Shanghai et une des idées que j’ai eu ce jour là c’était de se lancer dans un podcast. Et moi des idées comme ça qui fusent j’en ai toutes les semaines sauf que cette fois elle est revenue vers moi deux jours après pour me demander si j’étais vraiment partante, parce qu’elle oui. Et voilà c’était lancé !

 

En plus ce qui est top c’est qu’on est vraiment complémentaire pour ce projet, elle pour la communication et moi sur la réalisation, j’aime bien to get things done. Elle m’aide énormément, en s’occupant de structurer notre projet et du travail de rédaction. De mon côté je m’occupe de donner l’impulsion, contacter les intervenants et faire les interviews. 

 

Quel lien fais-tu entre ton métier de Project Manager et ton podcast ?

Faire le podcast m’aide sur plusieurs choses, collecter énormément d’expertises et d’expériences pour découvrir des choses sur la façon de faire du business ici. C’est des choses hyper intéressantes et qui servent beaucoup quand tu travailles en Chine dans le consulting.

Ça me donne accès à des gens qui ne sont pas forcément dans mon réseau et quand je fais des LX (learning expeditions) je peux remettre ces personnes en avant d’une autre manière - si c’est en lien avec mon sujet - parce qu’ils m’ont partagé des informations sur leurs expériences que je n’aurais pas pu avoir sans le podcast. Donc vraiment ça aide à construire mon réseau et à faire des rencontres.

 

Et en miroir Fabernovel peut m’ouvrir d’autres portes pour rencontrer des gens plus éloignés de mon réseau. Et ça peut m’ouvrir des portes dans ce réseau francophone qui est très soudé sur place à Shanghai.

 

Pour l’instant c’est plutôt mon réseau, ce qui est très cool pour commencer parce que c’est des gens qui sont heureux de soutenir le projet de quelqu’un qu’ils connaissent, et tous les intervenants me disent “c’est génial je ne pensais pas qu’on passerait un si bon moment”, parce que quand tu dis “podcast” les gens pensent “interview” et ils flippent un peu alors qu’en fait c’est vraiment un bon moment de partage et souvent ces personnes me proposent des profils dans leurs contacts pour mes prochaines épisodes.

 

Parce qu’il voit que cette expérience leur a servi à faire le point sur leur parcours et à partager d’autres sujets qu’ils n’ont pas l’habitude d’aborder et c’est ça qui est trop cool, ces gens prennent énormément de plaisir à le faire !



Merci Emilie ! Est-ce tu as un mot pour la fin ?

Écoutez Carnet de carrières !



>