Soirée des interns
People

Rencontrez Thibault, développeur chez nous, et créateur d'une appli de réalité augmentée

Le mois dernier nous avons participé au Devoxx, conférence pour les développeurs passionnés. Parce que Fabernovel c’est plus de 100 développeurs, qui maîtrisent beaucoup de technos différentes et qui travaillent sur des applis mobile, des architectures techniques et bien d’autres.

 

Nous avions un stand sur le salon afin d’échanger avec les participants et ça aurait été dommage de se priver d’avoir une animation sur place pour nous permettre de refléter notre expertise technique et parce que c’est fun ! Rencontre avec Thibault Farnier, le développeur qui a travaillé sur l’animation, un jeu en AR sur tablette.

 

  • Salut Thibault F ! Comment vas-tu ?

Salut ! Très bien, je profite des bureaux tout neuf dans lesquels on vient d’emménager rue Saint-Lazare, j’y suis très content ! Beau lieu, chouette quartier…

 

  • Il parait que c’est toi qui as développé une appli en AR en moins d’une semaine ! Comment ça s’est passé ?

L’application repose sur un procédé nommé anamorphose, qui consiste à rendre une image visible seulement à partir d’une transformation géométrique. Souvent l'image n'est visible/compréhensible que depuis un point précis dans l'espace ou au travers d'un dispositif optique.

Des anamorphoses que l’on rencontre au quotidien par exemple sont les marquages que l’on voit sur la route : le texte est allongé lorsqu’on le regarde de côté depuis le trottoir, mais du point de vue du conducteur sur la route le texte apparaît non déformé. Il existe des anamorphoses beaucoup plus complexes, qui reposent sur des déformation cylindriques par exemple… Pour en savoir plus jetez donc un oeil à la page Wikipédia et à ces images en particulier

Nous avons adopté la même mécanique pour faire deviner notre texte dans l’espace, il n’y a qu’un seul angle et une seule position sous lesquels le texte peut être vu correctement, c’est un jeu de projections et de cônes…

J’ai réalisé un POC pour que nous nous assurions de la faisabilité du projet, développé l’application et fait les tests moi-même avec des utilisateurs (des gentils collègues volontaires) pour étalonner la difficulté du jeu. C’était intéressant de travailler sur cette dernière partie, généralement ce n’est pas au développeur de travailler sur la partie test utilisateurs.

De nombreuses idées ont émergé au cours de cette phase test : rendre le texte 3D en vert pour qu’il détonne bien du reste de l’environnement ou encore ajouter un angle aléatoire pour que les utilisateurs ne se mettent pas exactement à la même position à chaque fois pour trouver le texte… Très enrichissant !

 

  • Est-ce que c'est ton premier projet de la sorte en AR ?

Non ! Mes premiers faits d’armes sont le fruit d’une collaboration entre Fabernovel et Stéphane Simon, artiste plasticien, qui a créé une série de statues représentant un individu se prenant en selfie. Il souhaitait ajouter un tatouage animé sur le corps des statues, constitué de narcisses entre autres …

La réalisation d’une application en réalité augmentée était le meilleur medium pour réaliser cette expérience, puisque tout comme les selfies on peut utiliser un téléphone pour expérimenter la réalité augmentée. Elle a été présentée aux Bains Numériques d’Enghien-Les-Bains en juin 2017. Si vous voulez en savoir plus sur les détails techniques, je vous invite à lire mon blogpost sur le sujet.

 

  • Pourquoi t'es-tu tourné vers l'AR ?

C’est d’abord un intérêt pour la VR, qui vient d’une passion pour les jeux vidéo. Qui ne rêve pas de pouvoir s’immerger entièrement dans ses mondes virtuels favoris ?

Quand je suis arrivé en stage de fin d’étude chez Fabernovel en 2016, j’ai travaillé sur un prototype pour ajouter un joystick fonctionnant avec des aimants sur le Google Cardboard, un casque de réalité virtuelle fonctionnant avec un carton et un smartphone. Le résultat est présenté ici.

Lorsque Apple a annoncé ARKit en 2017, AR et VR étant cousines, je me suis assez naturellement intéressé à cette technologie ! Il y a matière avec ces deux technologies de créer des expériences assez incroyables, qu’elles soient ludiqueséducatives, ou artistiques comme dans le cas des statues de Stéphane Simon !

 

  • Revenons à l'appli que tu as créé pour le Devoxx, avec qui as-tu travaillé pour cela ?

De l’idée en passant par les tests pour finir sur le design pour une meilleure expérience, beaucoup de personnes ont été impliquées dans le développement de l’application ! Tout d’abord l’idée originale vient de Caroline Estephan qui s’occupe de la communication chez nous. Je me suis occupé de faire un POC pour vérifier la faisabilité technique et c’est ensuite Maxime de Morel, graphiste et motion designer, qui s’est chargé de faire les différents modèles 3D de textes pour l’application. L’application avait été réalisée sans design préalable de mon côté, ce qui n’a pas donné le plus beau des résultats, et Antoine Roiné, designer chez nous, a bien rectifié le tir !

 

  • Et sinon, tu bosses un peu en parallèle ?

Oui, j’ai des sujets plus sérieux qui m’occupent ! Je travaille actuellement sur Farmi, une application faite pour Soufflet, qui permet de simplifier la vie des agriculteurs en leur fournissant la météo, les cotations en bourse des céréales, et depuis récemment leur permettant de vendre leurs récolte directement via leur smartphone. C’est l’occasion pour moi de découvrir un métier assez éloigné de ce que je connais, ayant toujours été citadin.



 



>